Institut Ophtalmique
Clinique des Yeux à SOMAIN depuis 1873
CORRECTION de la VISION par LASER
Opération Myopie, Hypermétropie, Astigmatisme, Presbytie

4 Sites de consultation : Somain, Douai, Valenciennes, Cambrai

Myopie, Astigmatisme, Hypermétropie

3 techniques laser existent - une technique avec une récupération plus rapide et moins douloureuse mais plus chère : Le LASIK(1250€ par œil) - une technique moins chère mais avec une récupération plus lente et plus douloureuse : La PKR (700€ par œil) - une technique surtout réservée pour les myopes avec œil sec ou avec risque de traumatisme et qui veulent récupérer plus vite que la PKR : Le Lalex (Relex-Smile) (1250 € par oeil) Au final, le résultat visuel est identique avec les 3 techniques si après bilan le chirurgien vous propose les 3.

En savoir plus

Presbytie

- pour une presbytie débutante, une chirurgie laser est possible par PKR (700€ par œil) ou LASIK (1250€ par œil) - une chirurgie par implant intraoculaire (Prelex) est souvent préférable après 55 ans avec des tarifs très variables (aux alentours de 500€ par œil selon l'implant s'il existe une cataracte et aux alentours de 1750€ par œil sinon)

En savoir plus

La PKR et la trans-PKR

La PKR (et sa variante la trans-PKR) est la technique la plus ancienne mais qui donne des résultats équivalents au lasik en utilisant qu'un seul laser.

En savoir plus

Le LASIK

Le lasik est une technique développée pour une récupération plus rapide et moins douloureuse.

En savoir plus

ICL,T-ICL, IPCL et autres implants phakes(=phaques)

Dans les cas où le laser est impossible ou non souhaité, les implants intraoculaires précristalliniens (devant le cristallin) et rétro-iriens (derrière l'iris) sont une solution à envisager

En savoir plus

Le LALEX

le "Laser Assisted Lenticule EXtraction" ou chirurgie lenticulaire est souvent plus connu sous le terme Smile : en fait différents noms existent SMILE, CLEAR, SILK ou SmartSight L'intervention consiste en l’ablation d’un lenticule de cornée découpé au laser.

En savoir plus

Le PRELEX

Le Prelex (ou chirurgie à cristallin clair) est une chirurgie identique à la cataracte avec mise en place d'un implant qui corrige votre vue. Il est discuté dans les cas où le laser ne donne pas de bon résultat.

En savoir plus

Bilan préopératoire

Un bilan préopératoire est nécessaire avant la chirurgie

En savoir plus

Devis et Prise en charge

Combien coûte une chirurgie ? Réponses sur le remboursement par ma mutuelle

En savoir plus

Prise en charge, remboursement, arrêt de travail etc...

Il n'y a pas de prise en charge sécu mais les mutuelles participent au remboursement. Aucun arrêt de travail n'est délivré car il s'agit d'un geste hors sécurité sociale.

En savoir plus

Activités possibles en post opératoire

Après l'intervention que peut-on faire afin de ne pas prendre de risque ?

En savoir plus

Que se passe-t-il à long terme ?

Si je me fais opérer, y aura-t-il des conséquences dans quelques années ?

En savoir plus

Après une opération de la cataracte, peut-on être opéré de la presbytie ?

J'ai été opéré de la cataracte et je vois uniquement de loin ou de près : il est possible de discuter la mise en place d'un deuxième implant afin de corriger votre gêne.

En savoir plus

Retouche après chirurgie réfractive

Le besoin de retraitement et son taux représente moins de 2,5 % des opérations, toutes chirurgies et tous chirurgiens confondus. Est-il possible de faire des retouches si le résultat n'est pas satisfaisant ?

En savoir plus

Opéré au laser il y a des années : et si une presbytie survient en vieillissant

J'ai été opéré jeune au laser. Des années plus tard, souvent après 40 ans, il existe une baisse de vision de près liée à la Presbytie : que faire.

En savoir plus

Consultation pour bilan préopératoire en pratique

Le bilan est indispensable pour faire des examens spécifiques de vos yeux pour voir si une chirurgie laser est possible (non réalisés en pratique courante lors d'une consultation ophtalmologique)

En savoir plus

A quel âge se faire opérer ?

Selon les différents problèmes oculaires, l'âge conseillé varie pour effectuer une chirurgie réfractive.

En savoir plus

Déroulement d'un lasik

Comment se passe un lasik en pratique ?

En savoir plus

Déroulement d’une PKR

En pratique comment se passe une opération par PKR

En savoir plus

LALEX (=Chirurgie lenticulaire) : SMILE, ReLex-Smile, CLEAR, SILK ou SmartSight

J'entends parler du SMILE, ReLex-Smile, CLEAR, SILK ou SmartSight, est-ce mieux ?

En savoir plus

PKR, LASIK ou LALEX (Smile) ?

Quelle technique est préférable ?

En savoir plus

Presbytie : Prelex ou Presbylasik ?

J'hésite entre un presbylasik et un Prelex : quels sont les avantages de chacun ?

En savoir plus

Que peut-on faire après une chirurgie réfractive ?

Dans mon quotidien, que pourrai-je faire juste après la chirurgie ?

En savoir plus

Que se passe-t-il à long terme ?

Est-ce que la chirurgie m'empêchera de traiter d'autres pathologies dans le futur ? (cataracte, glaucome, DMLA, presbytie...)

En savoir plus

Combien coûte une chirurgie réfractive laser des yeux ?

Le prix dépend du type d'intervention et de la technique utilisée. chirurgie PKR à 700€ par oeil chirurgie Lasik à 1250€ par oeil Tarifs très variables selon les cas pour les implants

En savoir plus

L'opération est-elle toujours possible ?

Mon ophtalmologiste m'a dit que ma cornée était trop fine, que j'étais trop myope ou que j'étais trop vieux pour une chirurgie : est-ce définitif ?

En savoir plus

Quels sont les effets secondaires d’une chirurgie

Quels sont les effets attendus après une chirurgie refractive.

En savoir plus

Chirurgie réfractive et grossesse

Faut-il attendre d'avoir un enfant pour se faire opérer?

En savoir plus

Après une opération de la cataracte, peut-on être opéré de la presbytie ?

J'ai été opéré de la cataracte et je vois uniquement de loin ou de près : il est possible de discuter la mise en place d'un deuxième implant afin de corriger votre gêne.

En savoir plus

Changer la couleur des yeux ?

3 techniques : La Kératopigmentation au laser Femtoseconde, la dépigmentation de l'iris au laser YAG et les implants iriens

En savoir plus

Kératocône et chirurgie réfractive

Si j'ai un kératocône, puis-je bénéficier d'une chirurgie laser pour ne plus porter de lunettes ?

En savoir plus

Formulaire pour les questions médicales spécifiques qui ne sont pas répondues sur le site, Pour les rendez vous : vous pouvez cliquer en page d'accueil sur "prendre Rendez-Vous" ou dans la section suivante. Si vous n'avez pas Doctolib ou si vous n'arriver à pas à prendre rendez-vous, vous pouvez laisser un message 

Il convient de remplir le formulaire de cette page si vous avez des questions non répondues ou mal comprises dans ce site d'information. Nous vous recontacterons afin d'y répondre.

prise de rendez-vous pour bilan préopératoire

prise de rendez-vous pour bilan préopératoire

Grâce à Doctolib, il est possible d'obtenir un rendez-vous rapidement dans l'un de nos 4 centres. La chirurgie laser se déroulera à l'institut ophtalmique de Somain.

En savoir plus

En 2007, notre institut a été le premier centre de notre région à réaliser une chirurgie de la myopie "tout laser" au laser femtoseconde ce qui lui confère une expertise ancienne dans ce domaine. Notre centre est situé au sein de l'institut ophtalmique de Somain qui a été créé en 1873 et qui est spécialisé depuis 150 ans dans les pathologies Oculaires.

Dr Théron

Somain, Valenciennes, Cambrai, Douai

Dr Denimal

Somain, Douai

Dr Bohère

Somain

Dr Lossouarn

Somain, Cambrai

Comment stabiliser la correction

Existe-t-il des traitements pour ralentir l’évolution de la correction ?

En savoir plus

Les lunettes anti lumière bleue sont-elles utiles?

Faudra-t-il toujours porter des lunettes pour les écrans après ma chirurgie?

En savoir plus
Histoire de la chirurgie/Actualités image
  • HISTOIRE DE LA CHIRURGIE 
Dans les années 70, Fiodorov a développé en Russie la Kératotomie Radiaire (KR) qui consistait en 8 incisions sur la cornée.  La première intervention de ce type a été réalisée en France en 1982 par le Pr Arné. Cette technique est abandonnée depuis 1995.

Actuellement 4 techniques cohabitent:

  1. La technique PKR (PhotoKératectomie Réfractive) s'est développée remplaçant progressivement la KR car elle n'utilisait plus une incision manuelle mais du laser Excimer et était beaucoup plus fiable et reproductible. Margaret Mc Donald réalisa aux États-Unis la première chirurgie de le Myopie en 1987.
  2. Le LASIK (Laser-Assisted In-Situ Keratomileusis) est une méthode de chirurgie réfractive mise au point par un ophtalmologue espagnol vivant en Colombie : José Barraquer. Rappelons tout d’abord que le LASIK est une technique qui repose sur la sculpture du tissu cornéen (du grec … «kératomileusis ») et vise à modifier la courbure de la face antérieure de la cornée. La myopie en a d’abord bénéficié, puis l’hypermétropie et l’astigmatisme.
    José I. Barraquer (1916-1998) a posé dès 1963 les bases théoriques de la technique du kératomileusis (pour la myopie et l’hypermétropie) qui a évolué vers la technique du LASIK. La sculpture du stroma cornéen (kératomileusis) est le point commun des techniques qui ont précédé le LASIK.
    En 1979, José Barraquer développa le microkératome, un outil chirurgical particulièrement adapté à la chirurgie des yeux. Il permit de réaliser une découpe superficielle régulière et lamellaire de la cornée, et fut le précepteur du Lasik. Puis, en 1991, il développa le Lasik sur l’oeil humain. Technique qui n’a cessé d’évoluer depuis cette date en terme de sécurité et de qualité découpe de lamelle, grâce aux nouveaux équipements.
En effet, la découpe initialement mécanique a été remplacée progressivement par une découpe au laser femtoseconde pour plus de fiabilité. On parle aujourd'hui d'une "chirurgie tout laser". Le Lasik combine 2 lasers : un laser Femtoseconde afin de réaliser le capot et un laser Excimer pour corriger la correction. C’est la technique utilisée de nos jours.

Mise au point du microkératome :
Les travaux expérimentaux de José I. Barraquer ont d’abord concerné la mise au point du microkératome, instrument chirurgical fondé sur le principe du dermatome, capable de réaliser une découpe lamellaire superficielle régulière de la cornée, de diamètre et de profondeur contrôlés. La plupart des principes ayant conduit à la mise au point des premiers modèles cliniques en 1975, sont à la base du fonctionnement des microkératomes mécaniques actuels (qui sont en passe d’être supplantés par l’utilisation du laser femtoseconde pour la découpe du capot cornéen). Couper un capot n’est pas en soi à l’origine de la correction : il faut effectuer une seconde découpe réfractive. La découpe du capot est un temps important, mais c’est donc la découpe réfractive du stroma cornéen sous ce capot (visant à modifier la puissance optique de la cornée par le biais d’un changement de sa géométrie) qui est le temps opératoire le plus important et le plus délicat de cette chirurgie. Son profil, son diamètre, sa régularité et son centrage sont déterminants pour la qualité des résultats fonctionnels visuels, ainsi que pour la stabilité de la correction. La recherche de meilleurs paramètres est à l’origine de toutes les évolutions technologiques du kératomileusis.
Voici les principales techniques qui peuvent être considérées comme les ancêtres du LASIK, qui occupent les places de choix au sein de l’arbre généalogique de cette technique.
Kératomileusis avec congélation et usinage sur cryotour :
José I. Barraquer a tout d’abord tenté de réaliser la sculpture réfractive au microkératome sous le capot, dans le stromal postérieur, posant ainsi les principes du kératomileusis in-situ. Les résultats initiaux furent décevants (la sculpture mécanique n’avait pas la précision offerte par le laser excimer). Il s’orienta alors vers une découpe réfractive sur la face postérieure de la lamelle issue de la découpe primaire (la face profonde du capot). Pour la rendre possible, il a imaginé l’usinage capot rigidifié par congélation. Ce capot était détaché de la cornée, et usiné sur un tour à lentilles de contact modifié: le cryotour. Le cryotour s’apparente pour ses principes basiques à un « tour de potier ». Pour être manipulé et sculpté, le diamètre du capot libre devait être d’environ 300 microns pour la correction de la myopie. Les paramètres de la sculpture de ce morceau de cornée étaient déterminés par un algorithme fonction de la correction souhaitée. Une fois sculptée sur le cryotour, la lamelle était décongelée, puis replacée en position initiale et maintenue par une suture au monofil chirurgical. Cette technique a été pratiquée entre 1975 et 1985 avant de tomber en désuétude ; à la difficulté de sa réalisation se sont ajoutés des résultats fonctionnels peu prévisibles, et des problèmes liés à la congélation du capot cornéen. Une des difficultés principales était de centrer convenablement le lenticule sculpté sur l’axe visuel. Toutefois, ces travaux ont prouvé que la chirurgie cornéenne lamellaire était une technique prometteuse :la myopie pouvait être réduite par une sculpture cornéenne antérieure, et surtout, la cornée demeurait transparente après cicatrisation.
Kératomileusis sans congélation avec résection au microkératome sur la face stromale :
Pour promouvoir une vitesse accrue de récupération visuelle postopératoire et simplifier la technique de Barraquer, Krumeich et Swinger ont mis au point en 1984 la technique de kératomileusis sans congélation. Le cryotour fut remplacé par un « établi » (appelé BKS 1000, des initiales de ses inventeurs). Après découpe d’une lamelle superficielle de cornée dont le diamètre devait être d’au moins 9 mm, cet établi miniature permettait de réaliser la découpe réfractive au microkératome sur la face postérieure de la lamelle primaire. La lamelle cornéenne était maintenue sur un moule grâce à un système d’aspiration. La forme du moule permettait de déterminer degré de correction. Malgré une amélioration sensible des résultats fonctionnels cette technique a souffert des mêmes travers que le kératomileusis avec congélation ; précision réfractive insuffisante, et astigmatisme irrégulier lié au problème du centrage souvent approximatif du lenticule sculpté sur la cornée.
Kératomileusis in-situ avec résection au microkératome dans le stroma cornéen postérieur :
Pour simplifier la technique du kératomileusis et éviter la congélation du lenticule découpé, Luis Antonio Ruiz a proposé en 1986 une technique de kératomileusis in-situ pour la myopie avec une instrumentation spécifique. Après découpe du capot, une découpe réfractive (elle aussi à face parallèles) était réalisée au microkératome dans le lit stromal postérieur. Un abaque (appelé aussi nomogramme) permettait de choisir sont diamètre et sa profondeur en fonction de la correction souhaitée. Ce diamètre était fonction du choix de l’épaisseur de l’anneau, et la profondeur de l’épaisseur du plateau choisi et enclenché dans la tête du microkératome. Cette technique a produit des résultats fonctionnels étaient décevants en raison d’une zone optique trop petite et souvent décentrée. Il est intéressant de noter qu’aujourd’hui, le principe du keratomileusis in situ pourrait redevenir une technique utilisée pour la correction de la myopie grâce à l’utilisation du laser femtoseconde ( technique flex – relex)
Ruiz a fait évoluer sa technique en proposant en 1991 le kératomileusis in-situ automatisé (« ALK » pour « Automated Lamellar Keratoplasty »). Le mouvement du microkératome dans le rail de l’anneau devenait mécanisé grâce à un système de roues dentées, l’avancement de la tête à vitesse constante et régulière étant entraîné par un moteur électrique (appelé ACS, acronyme pour Automated Corneal Shaper). Cette évolution a permis de réaliser une découpe réfractive parfaitement centrée sur la découpe primaire. Pour simplifier encore la technique, Ruiz a proposé de laisser une charnière périphérique sur le volet de la découpe primaire, pour faciliter son bon positionnement et éviter des sutures. Le centrage de la zone optique pouvait toujours s’avérer imparfait car conditionné par le centrage de la découpe primaire, et les résultats influencés de manière imprévisible par les réactions biomécaniques de la cornée.
Cette technique a préfiguré le LASIK moderne, car elle comporte un capot découpé et maintenu par une charnière. Il lui manquait la précision offerte par la photoablation au laser excimer, qui fait du LASIK et de la PKR les deux techniques chirurgicales les plus précises au monde. Le laser excimer a été inventé au début des années 70, et ses premières indications médicales ophtalmologiques ont été mises au point à la fin des années 80.


3. Dernière nouveauté  laser :  la chirurgie lenticulaire (initiée en Allemagne en 1999 et développée largement depuis 2007sous le nom de Smile)  qui consiste  en l’ablation un lenticule dans l’épaisseur de la cornée. L’ouverture de la cornée est ainsi diminuée.

4La chirurgie Réfractive par implant est une technique déjà ancienne. Des implants intraoculaires en avant du cristallin et derrière l'iris ont ainsi été développés depuis les années 80. Actuellement, il semble raisonnable de proposer uniquement les implants derrière l'iris car les implants phakes devant l'iris peuvent entrainer des complications sur le long terme. C'est pour cela que les patients qui ont ce type d'implant doivent être surveillés régulièrement.
Pour cela un suivi par microscopie spéculaire de l'endothélium cornéen est nécessaire. Pour les implants phakes de dernière génération (type ICL et TICL V5), il n'y a pas de perte endothéliale d'après les études récentes même si en pratique une surveillance post opératoire est toujours proposée.

En 2020, le chiffre 1 million d'implant phake ICL posés dans le monde a été dépassé et le chiffre est en forte croissance.


En 2022, 800 000 yeux ont été opérés en France de chirurgie réfractive. Il s'agit de l'opération la plus courante en France.  

Pour en savoir plus : « Historique du LASIK », extrait du livre : « Le LASIK, de la théorie à la pratique » par le Dr D GATINEL

  • REFERENCES DE NOTRE CENTRE
En 2007, notre institut a été le premier centre de notre région à réaliser une chirurgie de la myopie "tout laser" au laser femtoseconde ce qui lui confère une expertise ancienne dans ce domaine. Il est situé au sein de l'institut ophtalmique de Somain qui a été créé en 1873 et qui est spécialisé depuis plus de  150 ans et depuis le début dans les pathologies oculaires.

Le 15 juin 2023, nous avons en effet fêté les 150 ans de l'institut ce qui en fait le plus vieux site d'ophtalmologie privé de France.
L'institut a été fondé par le Dr Dransart membre fondateur de la société Française d'ophtalmologie. Depuis l'origine l'institut soigne tous les patients -"même les indigents" - suivant ainsi la volonté du fondateur avec les meilleures techniques et avec un cout moins important que la plupart des autres sites d'intervention. Par exemple le prix de la chirurgie réfractive et le même depuis 2001 dans notre institut malgré l'inflation et ceci avec des lasers toujours de dernière génération.

En 2019, dans le classement du magazine Le Point , notre centre a été classé
- PREMIER CENTRE PRIVE FRANCAIS POUR LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE,
- PREMIER CENTRE DES HAUTS DE FRANCE POUR LA GREFFE DE CORNEE
- DEUXIEME CENTRE DES HAUTS DE FRANCE POUR LA CHIRURGIE DE LA RETINE
Il n'y a pas de classement pour la chirurgie réfractive.

  • NOUVEAUTES ET ACTUALITES EN CHIRURGIE REFRACTIVE

Et à l'avenir qu'envisage-t-on ?

- Au-delà du célèbre volet LASIK : les apports prometteurs du laser Femtoseconde
Certains défauts visuels ou maladies oculaires (cataracte, kératocônes) génèrent des troubles de la vision qui ne peuvent être corrigés par la chirurgie laser. Dans ces cas, le recours à des implants intra-cornéens ou à une greffe de cornée peut être envisagé. Là encore, le laser Femtoseconde s’illustre par sa polyvalence puisqu’il permet de réaliser plusieurs actions déterminantes dans la pose d’implants ou d’un greffon, telles que :
  • la réalisation d’un tunnel de 360 ° pour atteindre le cœur de la cornée (stroma) tout en préservant l’épithélium ;
  • une découpe lamellaire intra-cornéenne pour ôter une partie du stroma ;
  • une découpe de forme complexe, aux bords non linéaires et d’épaisseur distincte.
Le laser Femtoseconde, pertinent en cas de pose d’implant et de greffe de cornée
Programmable par ordinateur, le laser Femtoseconde utilisé dans une approche LASIK apporte un nouvel éclairage sur la réalisation de certaines opérations délicates de la cornée, telles que :
  • la pose d’anneaux intracornéens pour retendre mécaniquement la cornée et la rendre la plus sphérique possible ; ceci sont utilisés dans le kératocone et les ectasies cornéennes.
  • la greffe de cornée dont la réussite dépend intimement d’une découpe finement adaptée à la forme de l’œil ou du greffon.

- La chirurgie lenticulaire au laser Femtoseconde (Smile et maintenant Clear ou smartsight) a vu le jour en 2007. Cependant à cette heure force est de constater qu'elle demeure une niche et elle s'est développé que récemment suite à sa diffusion aux Etats Unis et en Asie. Jusqu'à recemment un seul laboratoire qui proposait cette technique et elle était validé uniquement pour la myopie).
Six millions de procédures ont tout de même été réalisées en 2021 pour les myopes et astigmates.
Le développement est probable pour ces techniques lenticulaires (Smile, Clear, Like...) car des études sont encours pour  les hypermétropes avec des résultats très satisfaisants. Nous sommes en attente de validation pour proposer la chirurgie lenticulaire pour les hypermétropes en France.

- Les Inlays de collagène : il s'agit d'insérer dans la cornée une lentille en collagène pour améliorer la vision de près. Une étude sur 110 patients vient d'être publiée en 2022 avec un taux de satisfaction de 94% par le Dr Stodulka de Prague.