ICL,T-ICL, IPCL et autres implants phakes

Lorsque la chirurgie laser n'est pas réalisable (cela concerne 5% des cas), il convient de discuter les implants phakes. 


Les implants phakes sont actuellement surtout les modèles ICL et T-ICL Visian. Depuis 2018 les implants IPCL, IPCL-trifocal et l'ICL-EDOF sont  arrivés élargissant les possibilités de chirurgie car ils permettent de traiter des myopies plus importantes. Pour la presbytie les résultats sont encore décevants par rapport à la chirurgie du cristallin pour la presbytie . 

Par contre les résultats sont très bons et ils sont le choix préférentiel lorsque :

  • le défaut visuel est important rendant impossible la réalisation de laser. Par exemple pour les myopies >9 dioptries ou les astigmatismes importants. Dans ces cas, la mise en place d'un implant est une bonne option d'autant que les yeux myopes sont de grande taille et  il y a ainsi beaucoup de place pour l'implant. Les hypermétropes relèvent plus rarement de ce type d'implant pour un problème de place dans l'œil pour l'implant car ce sont des yeux de petite taille contrairement aux myopes. Les yeux avec un astigmatisme important relèvent souvent de ce type d'implant quand le laser est impossible. 
  • la cornée n'est pas apte à être traitée au laser par exemple si elle est trop fine. 

   L'implantation est une chirurgie intraoculaire rapide, indolore et efficace. Elle est réversible car l'implant peut être enlevé en cas d'intolérance. La vision procurée est excellente. Un acte complémentaire, si les conditions le permettent est possible avec un laser. L'opération peut être bilatérale et peut se faire, chez l'adulte, à tout âge.

   Ces implants phakes font également partie de l’arsenal thérapeutique conservateur du kératocône :  chez les kératocônes forts myopes, chez ceux dont la cornée aura préalablement été régularisée par anneaux intra-cornéens et/ou par laser excimer topoguidé et éventuellement stabilisée par cross-linking (CXL). 

   Ils octroient une très bonne qualité visuelle sur des yeux fréquemment éloignés des normes habituelles

   Cette chirurgie n'a rien de nouveau et possède plus de 30 ans de recul et avec des progrès constants. Le cristallin naturel est laissé intact .  Le chiffre de 1 million d'implant ICL posés dans le monde a été dépassé en 2020. Il s'agit donc d'une chirurgie bien codifiée même si elle est pratiquée que par quelques équipes entrainées car elle requière du matériel et une expertise spécifique.


  • Quelles sont Les indications des implants phaques ? 

   Les implants phaques sont à discuter  schématiquement pour toutes les hypermétropies, les myopies, les astigmatismes et les presbyties lorsque le laser ou la chirurgie du cristallin n'est pas possible ou souhaitée. 

     Des implants qui corrigent simultanément plusieurs défauts visuels sont disponibles (par exemple opérer en même temps une myopie et un astigmatisme ou en même temps une hypermétropie et un astigmatisme : il s'agit alors d'implants "Toriques"). 

     La presbytie est depuis peu aussi traitée par ce type d'implant (implant IPCL 2.0 Prebyopic, Implant IPCL 2.0 Presbyopic Toric et  ICL-EDOF) avec des résultats encore décevants.

   Des tests spécifiques sont réalisés pour juger de l'indication. Ce sont des mesures biométriques des espaces intra oculaires, de la position de l'iris et du cristallin. On pourra ainsi apprécier la dimension de l'implant à commander.

  •  En pratique où est mis en place l'implant phaque  ?

   On voit sur le schéma ci-dessous en coupe pendant l'opération que l'implant est positionné derrière l'iris et devant le cristallin. Nous disposons du premier appareillage peropératoire (OCT) des Hauts de France de ce type afin de nous assurer du bon positionnement de l'implant pendant l'opération.


  •  Quel est le bilan à faire avant un implant phaque ?
   L'implant demande un certain nombre de mesures complémentaires préopératoires et se commande « sur-mesure » auprès du fabricant.
On effectuera une Réfraction, une gonioscopie et éventuellement biométrie ultrasonique de haute fréquence (20 ou 35 Hz).
   La Microscopie spéculaire pour étudier l'endothélium de la cornée est important.  En effet, le nombre de cellules doit être suffisant.
   L'OCT ou le Pentacam pour vérifier si la place et la disposition dans la partie antérieure de l'œil rendent l'opération faisable (une profondeur centrale minimum est nécessaire ainsi qu'un angle irido cornéen suffisamment ouvert pour un plan irien bien disposé).

  • Comment se déroule l'intervention ?

   L'intervention est réalisable le plus souvent sous anesthésie locale simple. A la demande du patient, une anesthésie générale peut être proposée. Les deux yeux sont opérés à quelques jours d'intervalle ou  les deux yeux sont opérés dans la même séance si cette option est retenue avec votre chirurgien. La lentille est introduite par une petite incision de 3 mm. L'intervention dure environ un quart d'heure par oeil. Le patient quitte la clinique une fois remis après la chirurgie avec une coque de protection ou un pansement sur l'œil opéré. Un contrôle par le chirurgien est effectué avant la sortie pour s'assurer des bonnes suites et répondre à d'éventuelle questions.


  • Les suites opératoires et les résultats

   Les suites de l'intervention sont indolores. La vision s'améliore rapidement et on récupère généralement en quelques jours. Le point principal est d'éviter une poussée de tension oculaire. Juste après l'intervention un contrôle de la tension oculaire est effectué.

   Un traitement sous forme de collyres est à suivre pendant quinze jours à un mois. La correction de la vision est précise et permet de retrouver une autonomie sans lunettes.

   La surveillance est assez simple et demande au moins une surveillance régulière dans les années qui suivent comme auparavant lorsqu'on portait des lunettes. Cela permet d'apprécier l'état de l'œil avec une attention spécifique sur la couche interne de la cornée que l'on appelle l'endothélium .    (L'endothélium tapisse la face postérieure de la cornée et il est composé de cellules jointives qui doivent être en un nombre minimum et de conformation égale et régulière.)

  • Quels sont les avantages de l'implant phaque ?
    • Il s'agit de la seule technique réfractive actuelle réversible. L'explantation qu'elle soit précoce ou tardive ne pose pas de problème. Nous avons enlevé sans difficulté des implants posés il y a plus de 20 ans en raison de l'apparition d'une cataracte survenue de façon naturelle en raison du vieillissement du patient.
    • Il permet de traiter des patients avec un correction trop importante pour relever de la chirurgie laser
    • Il s'agit d'une technique qui ne modifie pas le structure de et l'épaisseur de la cornée
    • Il s'agit d'une technique qui a très peu de conséquence sur la sécheresse oculaire contrairement au Lasik
    • Il s'agit d'une technique avec une grande zone optique traitée minimisant ainsi les phénomènes d'éblouissement nocturne et les aberrations optiques de grand ordre. Les études scientifiques montrent des résultats meilleurs en termes de qualité de vision, d'éblouissement post-opértoire et de sensibilité aux contrastes par rapport à la PKR et au Lasik pour les myopies fortes.

     

  • Quels sont les inconvénients des implants phaques ? 
    • Ils exigent un acte chirurgical parfait avec du matériel spécifique expliquant que le nombre d'opérateurs ne soit pas très important en ce domaine.
    • Les risques sont ceux liés à la chirurgie ouverte : ils sont très rares, mais pas nuls. Le chirurgien les mentionne lors de l'entretien et sur la fiche d'information. 
    • Ces excellentes lentilles sont chères et non remboursées, ce qui freine considérablement l'essor de cette opération.


   Les complications sont rares : risque d'opacification antérieure du cristallin, décompensation endothéliale, hypertonie oculaire.        

  • L'implantantation phaque ICL est-elle une chirurgie récente ?      

   Non, l'implant Visian ICL Staar a été développé dans les années 90, d'abord avec un matériau Silicone puis à partir de 1996 en Collamer. Cet implant a le marquage CE depuis plus de 20 ans. Il s'agit de l'implant phake qui a le plus de recul avec un matériau (Collamer) qui n'a pas changé depuis 1996 ce qui nous donne une assurance d'un grand recul et d'une biocompatibilité parfaite. Il n'a cessé de s'améliorer en terme de design d'implant depuis sa création afin d'augmenter la zone optique et diminuer les risques opératoires.

    Pour toutes ces raisons, nous pensons qu'il s'agit actuellement de l'implant phaque le plus sûr et nous posons donc actuellement exclusivement ce modèle d'implant.

     Le nombre d'implant posé dans le monde a dépassé 1 million en 2020 et de nombreuses études sur sa fiabilité existent avec plus de 67 études publiées en 2018 dans le revue de la littérature médicale ci dessous.


  • Combien coûte la mise en place d'un implant phake (ICL, T-ICL)

Pour les implants phakes, le tarif dans notre centre est actuellement de 1842,20€ par œil  pour les implants ICL. Il faut compter 2070,20 € par œil pour les implants T-ICL. Ce tarif comprend les frais de salle opératoire, les honoraires du chirurgien, les honoraires de l'anesthésiste et le prix d'achat de l'implant.   La différence de prix entre les 2 types d'implant est uniquement due au surcoût de l'implant qui corrige l'astigmatisme (les implants sont facturés au prix coutant). Les honoraires et les frais de salle opératoire ne changent pas. Si on opère les 2 yeux le même jour, cela permet d'économiser sur le prix de l'anesthésie et les frais de salle opératoire soit 782,20€ sur le total des 2 yeux. Cependant certains chirurgiens préfèrent opérer un seul œil à la fois.